Écrits

4 murs Ready-made
     

Courriers par e-mail 2019

Notion de divercité


Sujet : réagir par rapport à la notion de diversité.
Appel à participation, rédaction d’une lettre ouverte aux institutions de la Maison des artistes.
Appel de Rémy Aron.

- - - -
de Calméjane Yves
DOLÉANCES (à l'attention de Vanik Berberian) :
Je me permet de partager avec vous un avis personnel au sujet de la notion urgente de diversité dans les arts.
Vous êtes sans doute informé d'une circulaire et d'une pétition : "Exigeons le respect de la diversité artistique".
(...)
Pour ma part je ne crois pas possible le changement de points de vue de la part du monde de l'art dans son ensemble (institutionnel et privé). Il serait surprenant que les Centres d'arts contemporains pure et dure s'ouvrent à la peinture par exemple.
Comme dans tout autre domaine, la spéculation domine, car la culture est elle aussi une “marchandise“. Pour nommer franchement cette notion de diversité, nous pouvons parler de l'influence du marché spéculatif de l'art dit “contemporain“ sur les institutions.
Pourtant, depuis plusieurs décennies déjà, les artistes professionnels eux-mêmes ont ouverts leurs curiosités à la diversités des “Arts Contemporains“ (ici aux pluriels) contrairement au “monde de l'art“.
Il est peut-être possible de demander au “système institutionnel“, à l'État de répartir différemment les aides.
L'État par exemple peut très bien donner aux DRAC et aux FRAC, aux divers responsables culturels des sortes de “cotas“ : une part pour les “artistes internationaux placés par le marché“, une part pour le patrimoine, puis une part pour l'art “non-conceptuel“ (ou autre appellation à bien définir, 97 % des artistes plasticiens de France selon Rémy Aron).
Mais pour la peinture, c'est je crois un problème, il n'y a pas d'expert en place dans les institutions.
Qui sait aujourd'hui reconnaître une qualité graphique, picturale ou poétique mis à part des personnes d'un certaine âge qui ont rencontrées en leurs temps des formations qui n'existent plus. Car les filières ne forment plus sur les bases qui nous intéressent, tous nos fondamentaux sont à présent considérés comme “historiques“. Les écoles des Beaux Arts c'est un problème, La diversité culturel à disparue.
La formulation précise de ma demande est peut-être de proposer un ensemble d'aides pour que chaque artiste puisse exposer sans frais dans les différents lieux existants en France.
Rénovations des lieux d'expositions, équipements, mises en place de lieux d'hébergements, (réseaux, portable ou Wi-fi pour les nouveaux payements), communication...
Voici une proposition contractuelle entre ces lieux d'expositions et l'État : Il est peut-être possible de soutenir la création en n'aidant pas directement les artistes mais en soutenant financièrement des structures sérieuses, en les choisissant selon des critères suivants :

Exemples d'exigences :
1/ Un comité de sélection;
2/ Inscription à la "Maison des Artistes" ou numéro SIRET exigé pour les exposants;
3/ Gratuité de l'accrochage;
4/ Contenu équilibré et diversifié entre les tendances artistiques actuelles, sans exclusion;
5/ Documentations sur la "Maison des Artistes" et conseils d'un membre de l'établissement ou de l'association afin de guider un jeune artiste ou un amateur à régulariser sa situation;
6/ Certaines subventions supplémentaires pourraient être délivrées sous la condition d'un échange pédagogique avec les écoles ou lieux de vies (visites accompagnées, interventions dans des établissements).
L'idée existe déjà : il s'agit ici de résidence petit format dans les communes.

En aidant les communes, l'argent publique investi en ce cas dans de l'équipement durable et non-privé, vient en aide à la rénovation du patrimoine. Le dernier avantage est de décentraliser la responsabilité et l'emprise interventionniste de l’Etat sur la création et de garantir la diversité culturelle.

J'aimerai que nous, “professionnels“, ne soyons plus considérés comme des commerçants ou des “privés“ mais comme des participants actifs (... à une cause à définir dans ça pluralité).
La peinture, ou l'art que j'appelle “non-conceptuel“ doivent devenir un fait culturel.
Mais un art est-il véritablement un commerce ?
Une manifestation artistique est-elle d'ordre publique ou privée ?
Lorsqu'un peintre, un plasticien ou un sculpteur accueillent les visiteurs sans l'arrogance d'un marchand, ils remplissent un rôle social qui fait parti de leurs talents.
J'aimerai qu'il ne soi pas permis aux communes de louer leurs salles, de prendre des pourcentages sur les ventes (ces conditions sont réservées à une galerie d'art inscrites comme diffuseurs à la MDA).
Je rentre à présent dans d'autres préoccupations.
C'est au sujet de la montée des adeptes des “loisirs créatifs“ (dit "amateurs").
J'aimerai qu'un retraité amateur non déclaré puisse avoir un statut particulier (à définir...).
Ce peut être un statut intermédiaire, un “versement de solidarité au métier“ par exemple car le retraité (ou un enseignant salarié) ne comprend pas l'intérêt de cotiser à nouveau ou en plus sans en bénéficier.
Un “versement de solidarité au métier“ peut servir par exemple à des sortes de parrainages (... à définir).

Pour partager des idées je peux aussi vous envoyer des extraits de textes : mon d'ouvrage sur nos métiers.
Une conversation téléphonique serait aussi possible si mes propos vous semblent adéquates.
Merci et bien cordialement, Yves Calméjane
- - - -
APPEL de Rémy Aron :

"Chers Amis
Le Président la République a appelé les français à un grand débat.
La culture qui est le ciment d'un peuple et d'une société est malheureusement absente de ce que l'on perçoit des préoccupations nationales relayées par la presse.
Les causes en sont multiples...
Mais la situation des artistes plasticiens qui pratiquent donc un art silencieux, loin des discours et des tribunes, est malheureusement depuis bien trop longtemps vraiment ignorée des préoccupations politiques de notre pays.
Le dirigisme totalitaire, d'une esthétique officielle, conduit par l'état culturel, depuis plus de 40 ans, a exclu presque 97 % des artistes plasticiens de France de tout le système de soutien de l'état auquel ils ont droit!
C'est une situation véritablement absurde et scandaleuse aussi bien pour l'image de la France que pour l'éducation artistique!
C'est pourquoi j'ai pris l'initiative avec un groupe de professionnels de l'art, dont vous verrez la liste dans les prochains jours, de porter la pétition que je vous demande de regarder avec attention, de signer, et de faire circuler à vos amis.
Voici le lien permettant de voter pour la soutenir : http://chng.it/SSPgddKjhn
Avec votre aide nous pourrons ouvrir un vrai débat autour de la Représentation nationale sur la création plastique en France.
Nous pouvons espérer par la libération des expressions artistiques, un meilleur partage de ce trésor national qu'est la foisonnante diversité de la création plastique en France.
merci,
Nous comptons sur vous!
Bien amicalement
Rémy Aron
Signez et faites circuler ..."

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
de Calméjane Yves à Vanik Berberian

Bonjour Monsieur le Maire,
Je me suis demander ci, par votre implication avec l'histoire des peintres de la Creuse, vous étiez à même de témoigner de nos métiers artistiques. Merci de trouver ci-dessous un texte que j'ai rapidement rédigé. Je vous copie l'appel de Rémy Aron sur ce sujet (Rémy Aron, président de la Maison des Artistes démissionnaire en 2018). Avec notre amitié et tout nos bons souvenir de notre séjours de juillet 2018 dans votre merveilleux village.
Bien chaleureusement, Yves

- - - -
De: "Vanik Berberian"
À: "y calmejane"
Envoyé: Mardi 12 Février 2019 05:30:31

Objet: Re: Mes doléances d'artiste peintre
C’est noté cher Yves, je n’y manquerai pas. D’autant que je souhaite donner à cette visite du président de la république une orientation « art et patrimoine ».

Amitié
Vanik Berberian

- - - - -
De: "vanik berberian"
À: "y calmejane"
Envoyé: Vendredi 15 Février 2019 18:27:30
Objet: Re : La journée de jeudi

L'axe patrimoine, art, culture, n'a pas été abordée durant la séquence retransmise avec les maires, mais pendant la première partie de sa visite de Gargilesse. En mairie d'abord puis dns la succession des visites dans le village ensuite, j'ai remis au président votre courrier et les extraits.

Meilleur souvenir,
Vanik Berberian

- - - - -
De : y.calmejane
Envoyé : jeudi 31 janvier 2019 16:56
À : communication@lamaisondesartistes.fr
Objet : Votre appel à participation

Sujet : réagir par rapport à la notion de diversité
Bonsoir,
Merci pour cette nouvelle consultation.
Votre texte est parfait car la MDA a sans doute raison de ne pas rentrer dans des polémiques inutiles.
Mais nous pouvons en débattre sur le fond entre nous et devenir (peut-être) ensuite plus précis...
- - - - -
De: "louise pelletier"
À: "y calmejane"
Envoyé: Mercredi 27 Février 2019 16:27:38
Cher Yves ,
Nous tenons à vous remercier pour vos propositions et vos témoignages envoyés suite à notre appel à participation.
Vos retours ont servi à rédiger une lettre ouverte, envoyée au Président de la République, au Premier ministre et au Ministre de la Culture et de la Communication mais aussi aux députés et sénateurs, aux Présidents de Région et Département et aux Maires des grandes villes de France. Cette dernière vous a été envoyée par email et reste consultable sur notre site internet.
Vos témoignages serviront également de base à l'organisation par le Bureau de La MdA d'une réunion d'initiative locale à Paris le 7 mars prochain et à la rédaction de préconisations transmises lors de rendez-vous avec les officiels précédemment interpellés.Bien cordialement,
Louise Pelletier
Chargée de communication
La Maison des Artistes – Service associatif
Hôtel Salomon de Rothschild
11 rue Berryer - 75008 Paris
www.lamaisondesartistes.fr/site

- - - - -
Le Grand Débat de la Culture, Beaux-Arts et la Fondation du patrimoine.
• Le lun. 18 févr. 2019 à 18:18, calmejane a écrit :
Bonsoir,
Le grand débat culture est bien cloisonné... On étouffe dans ce truc. Organiserez-vous un débat similaire mais “bien ouvert“ SVP ?
Yves

• De: "Rémy Aron"
À: "calmejane"
Envoyé: Lundi 18 Février 2019 19:00:07
Objet: Re: Un débat ouvert SVP

Bonsoir, C’est ce que nous voulons... Bien cordialement
Rémy Aron

• De: "Nicole Esterolle"
Envoyé: Lundi 18 Février 2019 18:41:05

Beaux-Arts Mag, le magazine de l’art – signe d’appartenance de classe et de la spéculation artistico-financière, lance un grand débat sur la culture… Ben voyons ! pourquoi se gêner quand ça peut enfumer pour mieux conforter un système lucratif !
Le Ministre de la Culture soutient l’opération….Bien voyons ! pourquoi se gêner quand ça peut noyer les poissons, pour mieux promouvoir la même culture de classe avec l’argent des déclassés.
Nicole Esterolle

- - - - -
Bonjour Monsieur,  
Nous vous remercions pour votre message. 
Nous nous sommes effectivement concentrés sur trois thématiques sur le site, mais elles ne sont absolument pas exclusives. 
En raison de contraintes techniques, nous ne pouvons pas ajouter de nouvelles thématiques à la plateforme pendant la consultation, mais nous veillerons lors de la rédaction de la synthése au classement de l’ensemble des sujets. 
Nous vous invitions à intégrer à la plateforme tout sujet qui vous semble essentiel, dans les thématiques actuellement existantes. 
Nous restons à votre disposition pour toute question,
En vous souhaitant une très belle journée, 

Alessandra Danelli 
Beaux-Art Magasine
- - - -


de Calméjane peintre sur le site du Grand débat culture :


Les contenus pédagogiques manquent d'équilibre entre les tendances artistiques actuelles.
L'art dominant n'intéresse plus personne.
• Pour un amateur d’art à l’esprit large, une œuvre est appelée “contemporaine” lorsque l’artiste est vivant. C’est ici un malentendu, car cette dénomination ne recouvre plus l’étendue des usages d’aujourd’hui.
• Mais où est donc passé l'Art-Contemporain ? Il devait susciter chez nous la surprise. Il allait élargir notre horizon de points de vue nouveaux. Or, il est devenu une chape de plomb sur laquelle plus rien ne pousse, il réduit maintenant les possibles, se dessèche et se contracte. Mais respire t-il encore ?
• Les centres d'arts ne présentent pas au public la peinture actuelle. La spéculation investit dans l'art expérimental et par là même prend en otage l'ensemble du milieu de l'art. La valeur artistique et les valeurs marchandes devraient rester distinctes. L’ensemble des plasticiennes, des plasticiens et des peintres tente de survivre dans l’ombre de ce milieu de l’art où l’argent est devenu seul juge. La durée de vie et l'exclusivité du post-modernisme est à mon sens une affaire de sécurité de placements.
• A plusieurs reprises j'ai reçu le témoignage de jeunes étudiants des Beaux-Arts. Quelques-uns d'entre eux ont le sentiment d'être dessaisis de leur projet et réclament d'acquérir un enseignement sur des pratiques plus « classiques » ou sur des bases pressenties plus « solides ». Incontestablement, un nombre significatif d'étudiants des Beaux-Arts abandonnent en cours de route leurs études et recherchent en vain des écoles correspondant à leurs attentes. Nous pouvons le déplorer ou non, les métiers du dessin, de la peinture et du volume sont en effet dominés par le conceptualisme de l'art dit “Contemporain“. Cette approche expérimentale actuelle pourrait très bien coexister avec des activités traditionnelles. Pourtant un grand nombre de disciplines, incontestablement historiques, ont disparu progressivement des programmes un peu partout en France.
• Des écoles d'idées ont vu le jour sur des générations dont l'Art-Contemporain ne s'est pas nourri. C'est un art qui échappe à l'imitation du réel par la recherche d'un regard intérieur, nommé "spiritualité plastique" par le peintre Edgar Mélik (1904-1976). C'est ici une autre voie dont nous avons perdu le fil... (extrais de mon livre sur nos métiers ©)
Ouvrez les "portes fermées" et l'art intéresseras à nouveau les jeunes générations !
- - - -
de Renat, 18 février 2019 22:24
"Le paradoxe est que jamais il n'y a eu autant de messages culturels, jamais la société n'a autant été baignée de culture, et que jamais il ne nous a été aussi difficile d'en identifier les formes élevées" (Yves Michaud, La crise de l'Art contemporain, PUF, 1997, page 61). C'est là effectivement le problème, et les artistes en sont un autre.
- - - -
de Nils, 19 février 2019 12:01
C’est très bien qu’il soit « difficile d’en identifier les formes élevées », c’est un très bon exercice d’émancipation du jugement et/ou de l’esprit critique. La mise à plat (qui ne doit effectivement pas être un désintérêt) de l’art contemporain pour la transmission de savoir-faire n’est pas liée qu’à des enjeux spéculatifs. L’explosion du nombre de propositions impose à la recherche en art un renfort en amont, dans la pratique (intellectuelle ou plastique) afin de proposer un contenu singulier et substantiel. Les artistes mettent au point une stratégie, créent le cadre de leur pratique, le champ à couvrir est tel que pour bien des pratiques il est plus simple d’apprendre à peindre, à sculpter ou autre au moment opportun, nécessaire. Si la compétence est inaccessible par l’artiste mais que la réussite de l’œuvre semble l’exiger, elle peut être déléguée. Cela soulève des questions en matière de co-création et de propriété, mais de nombreux projets artistiques contemporains sont trop complexes pour que chacun puisse encore concentrer tous les savoir-faire nécessaires à les mener à bien. La possibilité de mettre la technique à distance (à l’instar d’un.e architecte) répond à cette donne.

- - - -
de Calméjane19 février 2019 17:23
Il n'y a pas de bon prétexte pour mépriser la main au profil du concept. Le concepteur-commendataire n'est pas méprisable non plus. La poésie est ayeur et c'est elle seul qui donne la valeur. Cette coupure stupide à suffisamment perdurer. Vive le XXI siècle ! Yves

- - - - - - - - - - -

de Calméjane peintre sur le site du Grand débat culture :

Il est peut-être possible de demander au “système institutionnel“, à l'État de répartir différemment les aides.

L'État par exemple peut très bien donner aux DRAC et aux FRAC des sortes de “cotas“ : une part pour les artistes internationaux placés par le marché capitaliste, une part pour le patrimoine, puis une part pour l'art “non-conceptuel“ (ou autre appellation à bien définir : art de la main).

Mais pour la peinture, c'est je crois un problème, il n'y a pas d'expert en place dans les institutions.
Qui sait aujourd'hui reconnaître une qualité graphique, picturale ou poétique mis à part des personnes d'un certaine âge qui ont rencontrées en leurs temps des formations qui n'existent plus.
Car les filières ne forment plus sur les bases qui nous intéressent, tous nos fondamentaux sont à présent considérés comme “historiques“.
La formulation précise de la demande est peut-être de proposer un ensemble d'aides pour que chaque artiste puisse exposer sans frais dans les différents lieux existants en France.
Rénovations des lieux d'expositions, équipements, mises en place de lieux...
(Textes issus de mon livre sur nos métiers ©)

- - - - - - - - - - - -

de Calméjane peintre sur le site du Grand débat culture :
J'aimerai que nous, “professionnels“, ne soyons plus considérés comme des commerçants ou des “privés“ mais comme des participants actifs; à une cause à définir dans ça pluralité. Les artistes de l'art dit " contemporain" bénéficient d'aides de l'état, exposent sans frais et leurs événements sont considérés comme "culturels". Le peintre lui est considéré comme un commerçant et paye pour exposer, loue les salles d'expositions au communes.
• La peinture, ou l'art que j'appelle “non-conceptuel“ doivent devenir un fait culturel dans un souci de pluralité et d'égalité entre les tendances d'aujourd'hui. Mais un art est-il véritablement un commerce ? Une manifestation artistique est-elle d'ordre publique ou privée ? Lorsqu'un peintre, un plasticien ou un sculpteur accueillent les visiteurs sans l'arrogance d'un marchand, ils remplissent un rôle social qui fait parti de leurs talents. J'aimerais qu'il ne soi pas permis aux communes de louer leurs salles, de prendre des pourcentages sur les ventes (ces conditions sont réservées à une galerie d'art inscrites comme diffuseurs à la MDA).
• Il est peut-être possible pour l'état de soutenir la création en n'aidant pas directement les artistes mais en soutenant financièrement des structures sérieuse (communes, associations), en les choisissant selon des critères suivants...
Exemples d'exigences :
1/ Un comité de sélection;
2/ Inscription à la "Maison des Artistes" ou numéro SIRET exigé pour les exposants;
3/ Gratuité de l'accrochage;
4/ Contenu équilibré et diversifié entre les tendances artistiques actuelles, sans exclusion;
5/ Documentations sur la "Maison des Artistes" et conseils d'un membre de l'établissement ou de l'association afin de guider un jeune artiste ou un amateur à régulariser sa situation;
6/ Certaines subventions supplémentaires pourraient être délivrées sous la condition d'un échange pédagogique avec les écoles ou lieux de vies (visites accompagnées, interventions dans des établissements). (Textes issus de mon livre sur nos métiers ©)
- - - -
de Jules Vernes,18 février 2019 16:07
Les choix de gratuité sont décidés par les "organisateurs" publics ou privés. Chaque collectivité publique (mairie, département) peut choisir de subventionner partiellement ou totalement un événement artistique. La gratuité pour l'artiste ou le visiteur dépend donc d'un choix politique (soutien à la création), mais le coût existe dans tous les cas. Quant aux choix artistiques, il ne me semble pas intéressant d'opposer ou de hiérarchiser les tendances, la diversité des propositions permet à chaque intervenant (artistes, institutions publiques ou privées, visiteurs) de s'y retrouver.
- - - -
de Frederic Bastiat, 20 février 2019 00:26
Rien n’est gratuit en ce monde : tout ce qui est financé par de l’argent public fait défaut aux contribuables auxquels cet argent a été prélevé au départ.

- - - -
de Calméjane peintre, 20 février 2019 18:06
(Pour répondre à Frederic Bastiat...)
La destinée des artistes dit "contemporains" est enviable car eux seuls bénéficient d'expositions et de séjours gratuits. De plus ils reçoivent des compensations payées par nous les contribuables. Un musicien lui aussi est rétribué puis hébergé, ce qui paraitra, à vous et à moi, bien naturel : l'artiste est un professionnel. Êtes-vous opposé au salaire (avec l'argent public) de l'ouvrier maçon ? Vous êtes donc opposé à l'utilité de la culture elle-même, pourquoi intervenez-vous sur ce cite dédié à la Culture si vous ne mesurez pas son importance ?
La carrière d'un artiste peintre est une route à péage, en proie à de multiples prestataires sans scrupule. La sélection se fait par l’argent : salons, salles d'exposition, annuaires papier ou internet. Bon ou médiocre, qu’importe, la renommée est accessible à tous en payant le prix. Dans cette tourmente, les peintres d'aujourd'hui répondent souvent par une stratégie créative de séduction en “lieu et place” d'une authenticité. (Textes issus de mon livre sur nos métiers ©)
L'aide existante devrait être partagée dans le respect de la diversité des modes d'expressions. Je ne souhaite aucune aide directe reversée aux peintres mais j'aimerai que les communes seuls bénéficient des aides pour leurs lieux d'expositions avec un certain nombre de règles en retour. Je demande simplement à ce que l'état établisse des cotas équitables entre patrimoine, art contemporain et peintres d'aujourd'hui. L'argent public dépensé pour l'art dit "contemporain" est énorme. Yves
- - - -
Calméjane peintre, 21 février 2019 19:06
La culture, comme je l'entends, n'est pas une donnée établie que l'on se doit d'inculquer de haut. Tout être possède la sienne. On se doit donc tout d'abord d'être a l'écoute de la culture de l'autre, lui donner les opportunités de l'exprimer afin de l'inviter en suite à s'ouvrir lui aussi à la curiosité des autres possibles. Le meilleur de la culture c'est la véracité et l'ouverture. La culture jeune, la culture des banlieue, la culture de la ruralité ça existe. La culture de ceux qui détiennent la vérité, ne m'importe pas. La culture, l'art c'est le partage, la fête, le respect, la convivialité, la liberté, le sensible. L'artiste dans sa modestie est le mieux à même pour ce travail de liens, il faut faire appel directement à lui sans calcul. (Textes issus de mon livre sur nos métiers ©)
- - - -
Renoir, 20 févr. : L' oeuvre doit être indépendante des grands groupes d'influence de la finance : Le ministère se doit d'être impartial, laisser l'artiste Français le droit à créer, permettre à tous les talents artistiques d'avoir droit au chapitre de pouvoir exposer dans leur régions et non de faire des "artistes" au service du capital et qui récupèrent toutes les aides et des DRAC et FRAC ou siègent des personnes qui n'ont que le titre de directeur ou directrice.
- - - -
Calméjane peintre, 22 février 2019 10:32
Oui, les artistes "professionnels", exclus de l'art dit "Contemporain" ne demandent pas d'argent supplémentaire mais une visibilité équitable. Les amis du démontage du Service Public ne paieront pas plus de taxe, ils préserveront leurs vie confortables. Nous voulons juste travailler pleinement.
- - - -
Calméjane peintre, 20 février 2019 22:05
Lié à la proposition : une vrai politique culturelle
Avec zéro investissement, avec zéro culture on obtient des gilets jaunes. La culture est un jardin qu'il n'est pas possible non-plus de domestiquer. L'état ne doit pas donner d'argent aux artistes mais il doit arroser le jardin sans intervenir et en respectant la diversité. En clair, jamais plus de gaspillage chez les DRAC et les FRAC Svp.
- - - -
Calméjane peintre, 20 février 2019 21:32
Lié à la proposition : Rendre l'art aux artistes
L'état malheureusement n'est pas neutre, fait le choix de suivre le marché et la spéculation. Il doit revenir a l'équilibre entre la diversité des formes d'expressions actuelles, entre l'art conceptuel dominant, l'art de la main (ou non-conceptuel) et le patrimoine. Je propose des cotas. Car les DRAC sont actuellement un gouffre. Les institutions en France ferme la porte aux peintres mais nous, nous ne voulons pas de subvention mais un droit a nous rendre visible sans la sélection par l'argent. Car pour nous seul tout est payant. L'art n'a pas besoin d'argent mais de liberté ! Yves
- - - -
Calméjane peintre, 21 février 2019 19:06
Lié à la proposition : Les classes défavorisées bénéficient moins de l’offre culturelle
La culture, comme je l'entends, n'est pas une donnée établie que l'on se doit d'inculquer de haut. Tout être possède la sienne. On se doit donc tout d'abord d'être a l'écoute de la culture de l'autre, lui donner les opportunités de l'exprimer afin de l'inviter en suite à s'ouvrir lui aussi à la curiosité des autres possibles. Le meilleur de la culture c'est la véracité et l'ouverture. La culture jeune, la culture des banlieue, la culture de la ruralité ça existe. La culture de ceux qui détiennent la vérité, ne m'importe pas. La culture, l'art c'est le partage, la fête, le respect, la convivialité, la liberté, le sensible. L'artiste dans sa modestie est le mieux à même pour ce travail de liens, il faut faire appel directement à lui sans calcul. Yves
- - - -
Jelvan, 18 févr
Cessons les impostures "conceptuelles" dites "contemporaines"
Exigeons le respect de la diversité artistique ! Stop au dirigisme d’État ! (APPEL de Rémy Aron)
Il faut redéfinir l’intervention de l’État dans le champ de la création artistique !
Nous demandons la création d’un groupe de travail parlementaire sur la question de l’intervention de l’Etat dans le champ de la création artistique et pour que les options artistiques institutionnelles s’ouvrent à la diversité de l’art d’aujourd’hui.
La France est, depuis quarante ans, l’Etat le plus interventionniste du monde en matière de création artistique, avec notamment sa Délégation aux Arts plastiques du Ministère, ses Fonds Régionaux d’Art Contemporain, son système de subventionnement et de soutien à la création.
Mais malgré ce dirigisme, ou à cause de lui, la France n'est plus une référence pour l'art dans le monde, après l’avoir pourtant été pendant des décennies, en attirant des artistes du monde entier et en rassemblant tous les courants de l'art, des avant gardes à l'académisme, sans exclusion.
Il est maintenant reconnu par la plupart des acteurs de l’art en notre pays, que ce système aujourd’hui quarantenaire a été des plus contre-productifs avec les effets suivants :
- Exclusion des lieux institutionnels de la plupart des artistes, et en conséquence, disqualification d’une partie de la création actuelle
- Survalorisation des créations de nature conceptuelle et posturale au détriment de la mise en forme sensible, de « l’intelligence de la main », et du savoir-faire proprement pictural.
- Disqualification et disparition des galeries d’art non-alignées sur l’esthétique « Art Contemporain », internationalisable et financiarisable.
- Inféodation de nature structurelle du dispositif public à la spéculation financière privée globalisée.
- Suppression dans les Ecoles d'art de l'Etat de l’apprentissage des arts du dessin (dessin, peinture, sculpture, gravure), contribuant à la disparition des pratiques... Les enseignements de haut niveau sont interrompus.
- Acquisitions de quantité d’œuvres d’art « Art Contemporain » sans valeur durable pour les collections publiques, et qui occupent la majeure partie de celles-ci.
- Généralisation et banalisation de pratiques opaques de collusion et conflits d’intérêts public-privé, qui ne pourraient être admises dans aucun autre domaine.
- Echec total du Ministère à convaincre le grand marché international, de la valeur des artistes français agréés par le Ministère. ( il existe 200 "inspecteurs de la création", mais il n’y a pas un seul artiste français au Top 200 des artistes visibles dans le monde ! ). Il faut que la France reprenne toute sa place dans sa véritable diversité créatrice.
Ces dysfonctionnements ravageurs pour l’image de la culture française et pour l’art lui-même, en même temps que coûteux en argent public, étant d’origine structurelle, il est nécessaire et urgent que se mette en place une instance extérieure à l’appareil institutionnel. Cette instance réfléchira et proposera des réformes possibles, pour que l’état contribue efficacement à la richesse et à la diversité de l’art d’aujourd’hui.
Nous pensons que l’Assemblée Nationale est la mieux habilitée pour se doter de cette instance d’audit et de propositions.
- Audit auprès des représentants des divers secteurs ou réseaux de l’art actuel : associations et syndicats d’artistes ; galeries de diverses « tendances » ; collectionneurs de tous types ; acteurs institutionnels, associatifs ou privés ; critiques d’art de différentes obédiences ; historiens , sociologues et essayistes reconnus qui ont publié d’importants ouvrages sur la question.
- Publication d’un rapport - état des lieux
- Propositions de réorganisation structurelle tant au niveau de l’Etat, que des régions, des départements et des villes, avec coordination entre tous ces niveaux, dans le sens d’une vraie décentralisation des responsabilités et d’une moindre emprise de l’Etat… et d’un moindre coût en argent public.
Et enfin que le parlement soit en droit de demander des informations sur le montant des prix d'achat et subventions afin d'établir une transparence comme c'est le cas dans tous les Ministères quand il s'agit d'usage de l'argent du contribuable.

- - - -

Calméjane peintre
15 mars
- - - - - -
C'est l'art, cet environnement primordial, qui est à l'origine de notre humanité et de nos cultures. Cultures s'écrit avec un "s". L'éducation ou les traditions ne sont pas tout à fait "la culture". La culture - ou nos esprits - sont vivant et rien ne doit empêcher l'évolution de cette grande marche humaine. Un autre aspect : la mixité des cultures à forgée notre culture, c'est à dire notre richesse.


Lettre de François de Verdière, Président de La Maison des Artistes
et Jean-Marc Bourgeois, Secrétaire général
et le Conseil syndical Solidarité Maison des Artistes CFDT :

STOP ! AU DIRIGISME INSTITUTIONNEL

« L’ÉTAT N’EST PAS FAIT POUR DIRIGER LA CRÉATION, MAIS POUR LA SERVIR » ANDRÉ MALRAUX

« Soutenir la création et les artistes et préserver le modèle français de diversité culturelle » est un des objectifs de la feuille de route adressée le 9 août 2017 au Ministère de la Culture par Edouard Philippe, Premier Ministre, « conformément aux orientations du Président de la République ».
Les artistes-auteurs professionnels des arts visuels que nous représentons dans la diversité la plus étendue des pratiques artistiques, ne veulent plus de ces vains mots mais attendent des actes forts et concrets.
Au fil du temps, le Ministère de la Culture s’est coupé intentionnellement de la base des artistes-auteurs, par les orientations d’une politique culturelle préférant concentrer délibérément son attention sur quelques segments restreints du prisme de la création.
Aujourd’hui, plus encore qu’hier, rejetés ou méprisés par une majorité d’émissaires institutionnels pétris de certitudes, les artistes-auteurs revendiquent une équité de choix et de soutien prenant en compte la réalité de la diversité de la création des arts visuels, sans ostraciser à leur tour et user des mêmes pratiques, à l’encontre des bénéficiaires de la politique culturelle actuelle dont ils dénoncent les choix restrictifs.
Des commissions d’achat d’œuvres d’art au 1% artistique, en passant par les commissions d’attributions (aides, ateliers-logements, etc.) ou les questions de protection sociale et de fiscalité, sans oublier l’exclusion ou l’inconsidération, quasi systématique, de la parole des artistes-auteurs et de leur représentation au sein de ces instances : les griefs avérés et accumulés sont nombreux et font l’objet d’une note synthétique jointe.
Comme l’ensemble de la création artistique, les arts visuels sont multiples et multiformes, des pratiques les plus classiques à celles les plus émergentes et technologiques. Les artistes-auteurs participent sans nul doute à la richesse intellectuelle et sociale de notre pays, mais également à la richesse économique des secteurs marchands et non marchands de l’offre culturelle.
L’État et ses représentants élus ou nommés ont le devoir sinon l’exigence d’en tenir compte et d’en prendre la mesure..
De nombreux artistes-auteurs des arts visuels sont en souffrance et en désespérance d’être ainsi exclus. Leur colère monte de se trouver à ce point ignorés dans leur engagement professionnel, par l’État et ses Institutions, alors qu’ils figurent parmi les premiers acteurs culturels !
Il n’est ni judicieux, ni prudent de déclencher l’énergie du désespoir.
Ouverts au dialogue et à la concertation, le Président et les membres du Bureau de la Maison des Artistes, le Secrétaire général et les membres du Conseil syndical Solidarité Maison des Artistes CFDT, souhaitent vivement vous rencontrer afin d’échanger positivement et constructivement à ce sujet.


À l'attention de "Nicole Esterolle" pour son site : nicolemuseum.fr

Bonjour et merci,
Réaliser son propre musée imaginaire devrais être notre seconde nature afin de rendre compte le la qualité et de la diversité des arts “contemporains“ avec un “S“.
Aussi bravo !
Pourriez-vous SVP encourager chacun à réaliser un site de sélection comme vous le faite ?
Vous n'allez pas remplacer à vous toute seule un nouvel académisme où un trop grand nombre d'expressions seraient, comme aujourd'hui avec l'AC, refusés.
Votre mayeur des mondes m'inquiète tout autant.
Merci c'est urgent.
Bien cordialement, Yves Calméjane


 


Grand débat national...

Imaginé, inventé
Imaginons un groupe de travail d'experts et de créatifs, un petit laboratoire d'idées inventant les nouveaux modes d'emplois pour l'avenir. N'économisons pas mais investissons, pas de nouvelles dépenses mais un développement durable d'échanges, imaginons de nouveaux modèles. Mais là où la naïveté d'un créatif pourrait ouvrir des possibles, l'expert connaissant l'histoire des pratiques, étudierait la faisabilité d'un projet. Les exemples suivant ont donc besoins de vos critiques...Exemple 1 : Préservons le bien commun et le patrimoine avec un nouveau mode d'acquisition de bien. Une propriété immobilière publique abandonné pourrait être cédé pour une somme symbolique à l'usage d'un acquéreur jusqu'à la mort de ce dernier en échange d'une restauration, d'un entretien et d'une nouvelle création d'activité utile. La propriété reviendras à l'État à la fin de vie de ses propriétaires. L'idée ne coûte rien, l'État n'abandonne pas son patrimoine et permet la faisabilité d'activités nouvelles. L'inconvénient pour l'acquéreur c'est qu'il ne pourrait pas vendre son bien n'ayant qu'un droit de jouissance du bien.Exemple 2 : Imaginons qu'un retraité puisse déclarer une activité annexe avec des contributions sociales profitant à une personne désigné par lui : son fils ou petit-fils par exemple, ou une personne choisie qu'il désir “parrainer“. Nos ainés ont malheureusement du mal à admettre de cotiser alors qu'ils sont déjà couvert et cette possibilité pourrait j'espère les motivés à se mettre en règle.Exemple 3 : Imaginons une caisse de dépôt réservée à toutes formes d'entreprises et de foyers leurs permettant de soustraire leurs bénéfices de l'année en cours en fessant une provision pour leurs futurs taxes, impôts et contributions sociales. C'est un placement sans capitalisation, mais une sécurité toujours disponible permettant a l'état de disposer de fonds sans l'aide d'emprunt. La disposition pourrait éviter le gaspillage d'achats inutiles et les fausses dépenses réaliser par des organismes subventionnés. Les fonds de l'entreprise pourront être débloquer afin de régler directement ces charges lorsqu'elle en ferait la demande. La constitution de ce fond “d'assurances“ pourrait contribuer aux mesures de fiabilité d'une entreprise. Elle pourrait aussi encourager l'entreprise à distribuer moins de dividende à ces actionnaires sur une période de sécurisation rassurante pour tout le monde. Le tout est peut-être une manière plus citoyenne de “cacher de l'argent“. L'État, j'espère ainsi, pourrait économiser des empreints trop coûteux, avec une banque confortant en partie notre système social et fiscal.Exemple 4 : Toutes entreprise privée devrait être associé à l'état, devenir pour partie “publique“. Imaginons une formalité d'entreprise privée dite “équitable“ car constitué d'une convention attribuant d'office des parts social à l'État, soit à sa création, soit en cours d'activité (l'ensemble des parts agrandies à 120 % par exemple). Les parts de l'état ne font pas l'objet d'apports mais offrent par compensations un impôt sur les sociétés différent. Imaginons en suite que les parts sociales de l'État soit pour partie au bénéfices de l'ensemble des salariés, représenté par leur syndicat ou par un employé élus pour assisté aux assemblés général. Une entreprise rêvée, reconnaissante des réalités qui l'entoure et dont elle dépends, mériterait un label.Exemple 5 : L'intention est ici de résoudre pour partie le problème de désertification de certain territoire. Imaginons de nouveaux statuts d'entreprises qui soit à la fois publique et à la fois privé, approchante de la création d'une association loi 1901 avec un autre type de contrats entre le citoyen et l'État. Le but est qu'un citoyen puisse prendre à sa charge un service déclaré utile et en grande partie gratuit pour l'usagé selon un parcours qui pourrait aboutir à un salaire payer et contrôlé par l'État. Le “service au publique d'initiative privé“ commence par une activité bénévole surveillé par un fonctionnaire assermenté acceptant de validé le projet. Ainsi un jeune chômeur aux compétences nombreuses pourrait se construire une situation localement, par exemple en venant en aide à des personnes ayant des difficultés avec les nouvelles technologies. Ce type imaginaire d'entreprises pourraient bénéficier de dons, de sponsors, de l'aides de bénévoles et de l'attribution de locaux communaux, puis aussi d'une partie de de services facturer et non subventionner par un salaire.Exemple 6 : J'aimerai que l'on puisse interdire la publicité aux candidats lors des élections et que soit mis en place des informations gratuites, des mises à dispositions équitables des médiats pour éviter les recherches de fonds, les accords avec de grands groupes privées.Exemple 7 : J'imagine une évolution du statut d'artisans afin que le B. I. C. ne soit plus confondu avec la basse imposable en ajoutant une notion distincte de salaire. La confusion entre salaire et bénéfices pose de graves problème à ce statut.Exemple 8 : La voiture est une arme, ainsi il est normal d'avoir un "port d'arme" c'est à dire un permis puis une plaque d'immatriculation. Toute personne portant une arme – sauf mission particulière – se doit de porter lisiblement et en grand un numéro d'identification devant et derrière lui – par exemple un chasseur mais aussi les forces de l'ordre. Ce numéro, en cas d'un dérapage, est photographié par un témoin pourrait ainsi permettre à la Police des Polices d'appréhender un contrevenant à la règle. La mesure pourrait mettre fin aux "bavures" qui entachent malheureusement les fonctionnaires de Police. Une organisation syndicale pourrait procéder de même pour garantir le caractère pacifique de leurs manifestations, évitant ainsi la confusion entre casseurs et manifestants. Exemple 9 : Un bureau de spécialistes et de scientifiques mesurent les besoins en équipement inti-pollution de chaque pays : particulier et entreprises, recherche. Si du moins les solutions était seulement financières, prévoir un budget virtuel, puis au niveau de la planète, demander à la finance spéculative un droit de réquisition des États - sur une période donnée et momentanée – sur l'ensemble des revenus spéculatifs de notre planète Terre. L'ensemble des spéculateurs – pour les motifs qui les regardent : d'image ou de défit - accepteront de payer pour devenir les sauveurs – après tout - de leur planète. Merci " oh pollueurs-payeurs suprême". Croyez moi ça va marcher ! Je suis sûre que tous vont finir par jouer ce jeux car ils aiment avant tout jouer. Tant pis, ils auront le beau rôle, mais nos enfants vivront.Exemple 10 : Il est peut-être possible pour l’État de soutenir la création en n'aidant pas directement les artistes mais en soutenant de nouveaux lieux d’expositions et d'accueils gratuit pour les artistes professionnels capables d'accompagner le public avec une offre culturel. En aidant les communes, l'argent publique investi en ce cas dans de l'équipement durable et non-privé, vient en aide à la rénovation du patrimoine. Le dernier avantage est de décentraliser la responsabilité et l'emprise interventionniste de l’État sur la création et de garantir la diversité culturelle.

De: "Vanik Berberian"
À: "y calmejane"
Envoyé: Vendredi 22 Mars 2019 09:00:09

Je transmets au préfet,
Vanik Berberian

 


Yves Calméjane
Le site

Toute reproduction, représentation ou diffusion du contenu de ce site, en tout ou partie, sur quelque support que ce soit ou par tout procédé, est interdite.Le non respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.





Vers la page d'accueil : www.calmejane-yves.fr

Plan du site

Présentation /
Portrait – critiques, articles de presse, témoignages...
Actualité, expo – dates des expositions de cette année...
L'atelier – mon atelier-galerie, le quartier des Carmes, le village de Barjols et sa région...

Biographie

• Études et atelier :
Paul . . . . . . . . . VOIR – mon professeur de dessin...
Jean . . . . . . . . . . . . . . . . VOIR – mon ami peintre...

• Expositions
Médiathèque de CARCÈS 2007. . . . . . . . VOIR – exposition de peintures...
CANNET DES MAURES 2009 . . . . . . . . . VOIR – exposition de peintures...
SALERNES et COTIGNAC 2008. . . . . . . . . VOIR – exposition de peintures et de céramiques...
"Red Box" BARJOLS 2006. . . . . . . . . . . . . . . VOIR – exposition d'art copntemporain...
Nocturne des Tanneries à BARJOLS. . . . . . . VOIR – portes ouvertes des ateliers d'artistes...
La Zip, Plaine Page à BARJOLS. . . . . . . . . . . . VOIR – exposition d'art copntemporain...

• Anciens dessins :
Dessins à la plume. . . . . VOIR – dessins d'imagination et fantastique...
Dessins de presse . . . . VOIR – dessins d'humours sur le Larzac...
Dessins pastels . . . . . VOIR – dessins d'imagination...

• Travaux de commandes :
Muséographie . . VOIR – aménagement du Centre du Loisir Pêche à Pignans, un diorama interactif de 17 m. de long...
Étude sur la couleur . . . VOIR – histoire des pigments pour l'entreprise BMI...

Illustration
– dessins, créations graphiques (techniques traditionnelles et numériques, 3D, BD)...
Graphisme
– créations publicitaires (logotype, étiquettes, affiches, plaquettes)...
Fresque, décoration
– décoration murale et sol, création céramique et tissu, diorama pour la Fédération de Pêche du Var)...

Manifeste
– textes d'opinons sur la peinture, la culture, la nature...
Capacité d'arbitrage
– texte d'opinon "l'ésprit est aujourd'hui aux mains du marché"...


Catalogue / Catalogue complet des peintures (liens vers plus de 200 pages)

Sélection par l'image – mes peintures, quelques images...
Toutes références – toutes mes peintures classées par années...
Liste par format – mes peintures classées par formats et supports...
Liste par sujets – mes peintures classées par sujets (paysage, nature morte, bord de mer)...
Liste de prix

Dessins
– mes dessins (sélection)...
Diaporama


Services / Ma démarche créative, depuis longtemps déjà, tend à renouer avec les relations peintre-commenditaire

Illustration
– dessins, créations graphiques (techniques traditionnelles et numériques, 3D, BD)...
Graphisme
– créations publicitaires (logotype, étiquettes, affiches, plaquettes)...
Fresque, décoration
– décoration murale et sol, création céramique et tissu, diorama pour la Fédération de Pêche du Var)
Muséographie
Le cours de l'Argens : aménagement du Centre du Loisir Pêche à Pignans, un diorama interactif de 17 m. de long...
Histoire du chantier
– témoignage : La SARL "l'image tous supports"
Les visuels
– photos du chantier de la fresque

Auto- éditions /

Rêveries Une tentative d’approcher les raisons qui ont conduit l’être humain à des pratiques artistiques.
Table des matières
Pages :1 2

Bande-dessinée “Cheval, le cheval” – Bande-peinte à l’huile sur papier
Auto-édition
Présentation
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8


Carnets de dessins
Livre d'artiste numérique
Dessins
Dessins de chevaux
Carnet de voyage (La Corse)

L'humanité en couleurs
L’histoire de la couleur et réalisation avec les pigments et les liants historique
La brochure
Table des matière
Pages : 1 2 3 4 5

Les étoiles de coquelicots Recherche sur les structures, l’espace, les rapports de proportions à l’usage du dessin d'art.
Table des matières
Pages : 1 2

Catalogue peintures

L'art du dessin Initiation à l’art du dessin et de la peinture, notes sur les techniques de l'artiste peintre
Table des matières
Pages : 2

Savoir-faire Recettes, matériaux, applications
Table des matières
Pages :
8

Tarif – Livre d'artiste numérique


Page de liens
blog
Page contacts


Une page par tableau / Référence, titre, support, format, lieu, date, catégorie de prix – Infos : [ disponible / non disponible ]
– 000l – 000j – 000d – 000c – 000a – 000 – 001 – 001a – 001b – 001c – 002 – 003 – 003a – 003b – 003c – 004 – 005 – 006 – 007 – 008 – 009 – 010 – 011 – 012 – 013 – 014 – 15, 16, 17 – 018 – 019 – 020 – 021 – 022 – 023 – 024 – 025 – 026 – 027 028 – 028a – 029 – 029a – 029b – 030 – 030a – 031 – 032 – 033 – 033a – 033b – 033c – 034 – 035 – 036 – 037 – 038 – 039 – 040 – 041 – 042 – 043 – 044 – 045 – 046 – 048 – 049 – 050 – 051 – 052 – 053 – 054 – 055 – 056 – 057057a058 – 059 – 060 – 061 – 062 – 063 – 064 – 065 – 066 – 067 – 068 – 069 – 070 – 071 – 072 – 073 – 074 – 075 – 076 – 077 – 078 – 079 – 080 – 082 – 083 – 084 – 085 – 086 – 087 – 088 – 089 – 090 – 091 – 092 – 093 – 094 – 095 – 096 – 097 – 098 – 099 – 100 – 101 – 102 – 102a – 103 – 103a – 104 – 105 – 106 – 107 – 108 – 109 – 110 – 111 – 112 – 113 – 114 – 115 – 116 – 117 – 118 – 119 – 120 – 121 – 122 –  123 – 124 – 125 – 126 – 127 – 128 – 129130 – 131 – 132 – 133 – 134 – 135 – 136 – 137 – 138 – 139 – 140 – 141 – 142 – 143 – 144 – 145 – 146 – 147 – 148 – 149 – 150 – 151 – 152 – 153 – 154 – 155 – 156 – 157 – 158 – 159 – 160 – 161 – 162 – 163 – 164 – 165 – 166 – 167 – 168 – 169 – 170 – 171 – 172 – 173 – 174
175 – 176 – 177 – 178 – 179 – 180 – 181 – 182 183 – 184 – 185 – 186 – 187 – 188 – 189 – 190 191 – 192 – 193 – 194 – 195 – 196 – 197

 

Page de liens

Fournisseurs
Couleurs en tube :
• Couleurs LEROUX : http://www.couleursleroux.com
.
Matériaux pour la préparation de mes toiles, confection de médium en atelier...
• ÔKHRA : http://www.okhra.com
• OCRES DE FRANCE : http://www.ocres-de-france.com
• Bleu de Lectour : http://www.bleu-de-lectoure.com
• KREMER : http://www.kremer-pigmente.de

Divers :
• Imprimerie IVE, Pontevès : Imprimerie IVE
• Denis Faravel, Photographe Publicitaire : http://www.denisfaravel.com
• Créations Sylviane (couleurs végétales) : www.couleurnaturelle.com
• BLOCKX : http://www.blockx.be
• MAIMERI : http://www.maimeri.it



Exposition Marché couvert de l'Ancien : http://www.brocante-var.com
ou http://barjolsbrocante.blog4ever.com

Galerie d'Art : http://www.galerie4.com



Village de Barjols et sa région
• Barjols : http://www.ville-barjols.fr
• La Provence Verte : http://www.la-provence-verte.net/index.php
• Annuaire Var : http://annuvar.myblox.fr

Snap CGT PACA : http://www.snapcgt.org


Ami(e)s peintres :
• Atelier Gomez : http://www.ateliergomez.com
• Claude Cano : http://claudecano.blog4ever.com
• Isabelle Litschig : http://www.litschig.com
• Thierry Kedinger : http://thierrykedinger.livegalerie.com
• Emmanuel Billon : http://www.emabillon.com
• Stéphane Lovighi Bourgogne : http://www.lovighi-bourgogne.com
• Gérard Arène : http://marron-sculpte.over-blog.com
• Jean-Paul Barré : Jean-Paul Barré

Artistes de Barjols :
• Artmandat : http://www.artmandat.com
• Latannerie : http://www.latannerie.fr
• La Zip : http://www.plainepage.com

• Schärer : http://www.scharer.info
• Anny Pelouse : http://anny.pelouze.free.fr
• Marcel Baugier : http://www.baugier.com
• Angelica et Muraour : http://www.angelica-et-muraour.fr
• Claudie Lenzi : http://www.claudielenzi.com
• John.Francis : http://john.francis.art.free.fr
• Ainsley Christiane : http://ainsley.christiane.free.fr
• Sylvie.Guimont : http://sylvie.guimont.free.fr
• Cahel : http://www.cahel.net
• Elisabeth Lemaigre Voreaux : http://www.elisabeth-lemaigre-voreaux.com
• Charlotte-Agnès Dugauquier : http://www.dugauquier.odexpo.com

Artisans et artistes de l'association Lou Gaùbi :
• Jean Jacques Castex : http://ateliercastex.com
• Sylvia : http://www.bijouxbetises.com


Annuaires sur internet
• Viadeo : http://www.viadeo.com
•Live Galerie (Honfleur) : http://www.calmejane.livegalerie.com
• Facebook : http://www.facebook.com
• L'annuaire des Blog : http://www.sliceblog.com
• Coté Blog : http://www.coteblog.com
• Vuillemat : http://www.vuillemet.com/annuaire-arts-plastiques
• Artisho : http://www.artisho.com
• Acryom : backlink@acryom.com
• Live Galerie : http://www.calmejane.livegalerie.com
• Over Blog : http://calmejane.over-blog.com
• Active Art : http://www.active-art.net
• Artishd : http://www.artishd.com/yves-calmejane
• Meetoyen : http://www.meetoyen.net/pro/comte.php
• Wifeo : http://calmejane.wifeo.com
• Annu Web Art : http://www.annuwebart.com
• Artrinet : http://www.artrinet.com
• My Contemporary : http://www.mycontemporary.com
• Google : http://www.google.com
• Blogger : http://calmejane.blogspot.com
Virtual Galerie : http://www.virtualgalerie.com
• Copainsdavant : http://copainsdavant.linternaute.com
• Cultureinside : http://www.cultureinside.com
• Drawin : http://www.drawin.fr/profil-2578.html
• Annuvar : http://annuvar.myblox.fr/recherche.php?recherche=calmejane
• Annuaire Hot Frog : http://www.hotfrog.fr/Entreprises/Yves-Calmejane
• Provence Infos : http://www.provenceinfos.com/repertoire.php?r=1;Artistes;Peintres;
• Annuwebart : http://www.annuwebart.com
• Art et peinture : http://www.vanylle-bertin.fr
• Art price : http://www.artprice.com
• Acryom.com : http://www.acryom.com
• Twitter : https://twitter.com/calmejaney
• ArtActif : http://www.artactif.com/calmejane
• Revue de la revue Artension : http://www.webdesartistes.com
• Decouverte Artistes : http://www.decouverte-artistes.com
• Site sur l'art et la nature : http://www.nature-art-today.com
• Revue Arts Actualités Magazine : http://www.artsactualites.com
• havalook Art : http://www.havalook-art.com
• Art classification : http://www.art-classification.fr
• Solutions créatives : http://www.solutions-creatives.com
• Site des salons et biennales : http://www.salons-biennales.com
• L'art du nu : http://www.artdunu.com
• Services d'artistes aux architectes : http://www.art-architecture.fr
• Graphiste : http://y.calmejane.free.fr
• Blog4ever : http://calmejane.blog4ever.com