Écrits

 


Retour au menu

 


à vos plumes !

à propos de l'émission "à vos pinceaux"


Au cœur de toutes professions l'on reconnaît ces mêmes vertus : lenteur de l'apprentissage, savoir faire, attentions, observations, vigilances, exigences, économies des procès et j'en oublie. Avoir acquis du métier, c'est tout cela ajouté à la modestie. Les artistes peintres, plasticiens, sculpteurs sont des professionnels. Nous ne parlerons pas d'un travail mais plus précisément d'une vocation. Notre métier est donc plus qu'un métier, toute une vie à se rendre au service de l'art, sans confort ni garantie. Qui pourrait confondre, sans discernement encore, amusement et vocation ? Les adeptes des loisirs créatifs et les peintres amateurs envahissent la production de notre époque avec leurs images de sensibleries désuètes. Le genre ne serait pas inquiétant si dans l'esprit du public et des commanditaires la confusion ne s'installait pas. Car ceux qui « se font plaisir » ont-ils vraiment besoin d'un salaire ? Trop de gens voient notre travail comme une activité de détente devenue abusivement rémunératrice. Nos compétences ne sont pas prises aux sérieux. Nos amis musiciens se prennent moins rapidement pour des artistes et acceptent plus volontiers la lenteur de tout apprentissage. L’époque est telle que l’adulte débutant qui se sent exclu d’une exposition, inversant les rôles, accuse avec légèreté les gens d’expériences d’être présomptueux. Les métiers perdent de leurs autorités. Les parents d'élèves connaissent mieux la pédagogie que l'instituteur. Le patient s'est autoproclamé médecin. Les petits ouvrages de loisirs permettent à tous de devenir artisan. Avec internet tout le monde est maître de stage et formateur, un gentil peintre comme moi, avouons le, se prend pour un écrivain. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil... La tâche n’est pas toujours aisée de définir ce qui tient de l’amateurisme ou non. Si il suffisait de secrets mesurables pour devenir maître en sa profession l'avenir se retrouverait noyé d'excellences. Les produits d'exceptions deviendraient choses répandues : banales. Dans le domaine créatif tant et tant de choses ne s'apprennent pas. Quand une activité demande bien plus que le simple « Métier », il se trouve toujours des personnes pour croire tout « Métier » inutile. Pour dépasser une étape, il serait prudent de se rendre au moins digne du premier niveau. Mais l'amateur, celui qui passe le temps en amusements se dresse en contradicteur. Profitant de l'arbitraire des goûts, il oppose l'avis de l'un contre le goût de l'autre en jouant d'un relativisme perfide. En effet, qui pourrait se déclarer bon juge quand notre discipline demande une expérience sensible, sans limite. L'assurance imbécile d'une grosse brute est redoutablement efficace. Lorsque l'homme d'expérience s'interrompt par élégance, le médiocre triomphe. "Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît." Michel Audiard.

Ces "aspects délicats" sont très très mal maîtrisés dans cette émission par les intervenants. Les concurrents sont sympathiques quant à eux.

Réponce de Patrick Le Fur (Journaliste, Critique d’art, Auteur) le Mardi 3 Janvier 2017 (Rédaction d'Artention) :

... J'ai vu le premier violet et pu juger du mauve égout. Risible...
Merci Yves pour ces lignes claires d'un paysage idiot visuel qui lui est trouble.
Confusion entre pratiques professionnelles et loisirs narnartistiques et cissiques; rapprochements / éloignements: création, sens avec reproduction, décoration et absence...Fusions de cons, mélanges des genres... A l'évidence un vrai sujet (de moquerie) pour un super papier (Qture) pour Artension...
A vos couteaux... Coups de burins pour les bourrins...Trempons le scalpel dans le fiel! ...

Bien à vous.
Patrick.


LETTRE OUVERTE – Lettre type

"Je soussigné le grand gagnant de l'émission de France 2 "à vos pinceaux" refuse de voir mes premiers pas de peintre exposés au Grand Palais. J'aspire à rejoindre la communauté des plasticiennes et des plasticiens qui dans l'ombre offrent leurs vies toutes entières au service de l'art, sans jamais se prendre pour Picasso et avec cet espoir d'apporter du sens dans une époque troublée où l'argent et la facilité règnent en maître. Je désire avant tout autre chose m'inscrire à La Maison Des Artistes car je ne peux me soustraire au privilège de m'acquitter de mon salaire différé et de ma participation à la solidarité. J'aimerais (par exemple) me voir offert un séjour en résidence dans l'atelier de l'un de ces professionnels, car sans aucun doute ils sont prêt à m'accueillir." Petits pinceaux, à présent signez : ....

 

Réponce de Nicole Esterolle (Critique d'art engagée) le Dimanche 1 Janvier 2017 :

excellent!



Deuxième proposition :

Christie´s, maison de vente aux enchères, situe la fin de l'art “contemporain" pour 2017. En effet l'émission "À vos pinceaux" ouvre une nouvelle aire de l'histoire de l'art : "Le loisir créatif". Le peintre du dimanche triomphe au Grand Palais. Merci à la Ville de Paris, à Beaux-Arts-Magazine et à France 2.

Proposition non retenue :

Wanted : Trois terroristes du groupuscule "à vos pinceaux" projettent de prendre pour cible l'image du Grand Palais à Paris. Quel est donc leur dessein sur la culture? Divers camps d'entraînements ont été découvert en France. Quelques amateurs enrôlés sont formés de manière intensive à des maniements atroces. Les images sont insoutenables. La Police ne fait rien, à vos plumes SVP !



 




Le site

Toute reproduction, représentation ou diffusion du contenu de ce site, en tout ou partie, sur quelque support que ce soit ou par tout procédé, est interdite.Le non respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.